La Tour de Turghju…

Bâtie en 1608, en ce début du XVIIe siècle qui voit l’édification de la plupart des tours génoises de la façade occidentale de la Corse, la tour de Turghiu communiquait avec trois autres tours, Orchinu, Omigna et Paomia (aujourd’hui Cargèse)

Capu Rossu est un promontoire fabuleux, l’une des plus hautes falaises maritimes d’Europe, offrant une vue à 360° de son sommet 

Le Capo Rosso est le deuxième point le plus occidental de Corse, dépassé par Gargalo  dans la réserve naturelle de Scandola. C’est un cap de granite rose accessible uniquement à pied et coiffé d’une tour génoise.

Un peu d’histoire…

1604, Anton Giovanni Sarrola, notable du sud de la Corse et orateur du « Delà des Monts », est nommé pour l’édification des quatre tours, alors que le littoral est soumis aux razzias permanentes des Barbaresques.

Ainsi ce territoire était nommé « Terre des Quatre Tours ».

Les pirates barbaresques, parfois appelés corsaires barbaresques ou corsaires ottomans, étaient des pirates musulmans qui opéraient depuis l’Afrique du Nord, basés principalement dans les ports de Salé, Rabat, Alger, Tunis et Tripoli. 

Leur prédation s’étendait sur toute la Méditerranée et au delà : le long de la côte atlantique de l’Afrique de l’ouest et dans l’Atlantique nord jusqu’à l’Islande. Mais leur terrain de chasse privilégié restait principalement la Méditerranée occidentale.

En plus de s’emparer de navires marchands, le but principal de leurs attaques était la “collecte” d’hommes, femmes et enfants pour la traite des esclaves pour l’Empire Ottoman ainsi que pour le marché général arabe de l’esclavage en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Tour du Capo Rosso en image