cannelle d'orcino - e cannelle

cannelle d'oricno (1)

Présentation

Plus petit village de Corse surplombant le golfe de Sagone, Cannelle d'Orcino ancre son histoire dès l'Antiquité.

Petit village niché à 480 m d’altitude surplombant le golfe de Sagone et la plage d'Orcino. Ses origines remonteraient à l'Antiquité où déjà, Ptolémée parle d'une agglomération fortifiée (oppidum) nommée Canelata qui correspond peut-être au lieu dit Punta di Cannelle.
Le col de Sarzoghju (déformation de San Lussoriu) matérialise la limite avec la vallée de la Gravona. Ce saint sarde était un compagnon du célèbre San Gavinu, très populaire en Corse durant le Moyen-Âge. L’église Santa Maria porte ce souvenir moyenâgeux.
A l'ouest du village, de l’autre côté des ruisseaux provenant de l’ancienne église piévane de San Ghjuvani di Cinarca, se trouve un site antique au lieu-dit Villana, en référence à une « villa » romaine (ancienne exploitation agricole). Ce sont ces origines qui expliquent la place majeure de la culture céréalière sur la commune. Trois moulins à farine y sont répertoriés au XIXe siècle. Seulement un, le plus important du canton, restera en activité jusque dans les 1940.
L’église paroissiale est dédiée Saint Aurèle, très rare en Corse, et serait datée du XVIème siècle.
On y trouve aussi une tour érigée pour défendre le village qui date, sans doute du XVIème siècle. La culture de céréales a tenu une place majeure sur la commune ou trois moulins à farine sont répertoriés au XIXème siècle. L’un deux étant le plus important du canton est resté en activité jusqu’en 1940.
Aujourd’hui, seule une soixantaine de personnes profite de Cannelle d'Orcino en période estivale. Le village a conservé une végétation luxuriante exceptionnelle malgré de nombreux incendies (1943, 1956, 1979).
Cannelle est aussi le village aux camélias centenaires aux couleurs rose et blanc faisant la joie des habitants, qui gardent dans le coin de leurs racines, les rires des enfants d’aujourd’hui, les paroles des anciens d’hier.

Pour la petite histoire :
Berceau de la famille Paravisini, le village a La plus illustre serait Maria-Saveria Paravisini née, le 7 septembre 1715 à Ajaccio (décédée en 1750), femme de Guiseppe Maria Bonaparte (31 mai 1713 - 13 décembre 1763 à Ajaccio), elle est la grand-mère paternelle de l’empereur Napoléon 1er (né du 3e enfant de Maria Saveria, Charles Bonaparte)”.

Prestations

Prestations enfants

 

Localisation

20151 CANNELLE

Accès

  • Aéroport/aérodrome
    Ajaccio à 29 km
  • Gare maritime
    Ajaccio à 29 km

Photos

Aux alentours